Actualités Comité

 

En raison de l’indisponibilité du dojo de Lagord, le stage initialement prévu  au dojo de Lagord se déroulera dans l'ancienne salle des fêtes, proche de l'église, à Nieul sur Mer. L'adresse est : 7 Rue de Beauregard, 17137 Nieul-sur-Mer. (carte : https://goo.gl/maps/mNfayd3YjBC2)

Pour plus d'informations.

 

Aïkibudo

Aïkibudo

L’Aïkibudo est un art de défense individuelle, qui puise ses racines dans les techniques guerrières des clans des samourai japonais.

Formalisé au XXe siècle par le maître Alain Floquet, sur les fondements de l’Aikido-jujutsu du maître Minoru Mochizuki, l'Aïkibudo est une Voie martiale (Budo) fondée sur la maîtrise des énergies (Aïki) dans un contexte martial (Bu).

Littéralement, Aïkibudo peut se traduire par « Voie martiale des « énergies unifiées »» mais doit, selon Maître Floquet, se comprendre comme étant la voie de l’harmonie par la pratique martiale ou encore comme étant l’utilisation du principe « Aiki » dans la Voie Martiale.

S'agissant d'un art, il n'y a pas de règles. Il n'y a pas de combat au sens propre du terme avec en résultat un vainqueur et un vaincu.

Un pratiquant prend le rôle d'un agresseur et à ce titre va délivrer des attaques de tous types. Celui qui lui fait face, va appliquer des techniques de défense, à bases d'esquives et de dégagements de saisie, pour projeter son partenaire au sol, au moyen de clés articulaires ou d'une mise en déséquilibre.

L'art est bâti sur l'esquive, la souplesse et la technicité. Il ne doit pas y avoir recours à la force physique.

Le respect de l'intégrité du partenaire est un principe fondamental.

Il n'y a pas de compétition en AIKIBUDO. L'attaque n'a pour but que de permettre à son partenaire de travailler. De même la technique de défense doit être efficace, sans devenir brutale.
 

Kobudo

 KOBUDO signifie ART MARTIAL ANCIEN. ll constitue l'une des composantes historiques de l'Aïkibudo et représente donc l'un de ses aspects traditionnels aux cotés de la pratique mains nues.

Les armes utilisées sont celles des guerriers japonnais, et les techniques enseignées elle des écoles très ancienne, considérée au Japon comme un bien culturel inaliéable : le TENSHIN SHODEN KATORI SHINTÔ RYU.

Il recouvre des techniques de sabre japonnais, appelé KATANA, (Ken Justu et Iaï Jutsu), de baton (Bo Justu), de lance (Naginata Jutsu et Yari Jutsu) et de nombreuses autres armes.

L'enseignement y est dispensé sous forme de kata (suite de mouvements imposés) entre le profresseur et l'élève. Chaque kata correspond à une leçon. Le professeur utilise toujours le sabre de bois (Bokken), l'élève apprend à utiliser toutes les armes de l'école.

Le Kobudo demande un travail de déplacement très rigoureux qui permet d'affiner les perceptions du pratiquant tant aux armes qu'à mains nues.